Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 décembre 2019 1 09 /12 /décembre /2019 11:20

 

20 avril 2016

Et fin ! Oui, si je continue à dormir toutes mes nuits avec le masque alimenté à haut débit par l'appareil au bout du tuyau !

 

Mais vraiment, cela vaut la peine ! Cela fait déjà 2 jours que je sors sans l'avoir prévu, et que je rentre selon mes envies et non plus selon ma fatigue ou celle qui ne va pas tarder à me faire écrouler. Bon, pour le moment, la fatigue vient quand même, mais beaucoup plus tard dans la journée et je ne m'endors plus quand tout le monde est encore en activité ! Je me repose, normal, mais sans dormir le jour. La première semaine, je n'ai pas trop ressenti la différence car je n'ai pas dormi suffisamment d'heures avec pour en tirer bénéfice (1 à 4 heures maxi). Mais maintenant que j'ai à peu près éliminé tous les restes de ma trachéo-bronchite, je passe la nuit sans tousser, et ... ni ouvrir la bouche. Et je le porte 7 à 8 heures en dormant comme un loir.

 

Parce que j'ai un masque nasal, alors que je n'étais jamais parvenue à rester la bouche fermée plus de 10 à 15 minutes et que je la rouvrais pour ne pas étouffer. Bizarre, cela ne m'avait jamais intriguée, je devais penser que j'étais née comme ça et voilà ! Maintenant avec la forte pression d'air qui déboule dans mon nez pendant toute la nuit, la section ne change pas, mais la quantité d'air qui pénètre a sacrément augmenté ! Aucune gêne, je ne le sens même pas, je ne ressens pas non plus cette forte pression (la maxi).

Et, cerise sur le gâteau, je me sens terriblement bien, je suis gaie aussi. Mince alors, j'étais donc dépressive ??? Ça alors !

 

Bon, c'est pour la vie, eh bien je m'en fiche, ça n'a pas d'importance, je vais pouvoir reprendre mes activités et même de nouvelles !

C'est de l'apnée obstructive, vraiment, et je sais d'où ça vient, le plus fou. Problème de conformation. Puisqu'il y a cette solution, et ... qui sait d'ici une dizaine d'années, il y aura peut-être une solution chirurgicale ? Ne rêvons pas trop, quoique cela ne fait pas de mal, et cela ne m'empêche pas d'accepter la solution proposée actuellement.

 

Je vous laisse, j'ai rendez-vous avec un masque.

 

24 juillet 2016 : je confirme, c'est super efficace. Et le masque nasal ne m'empêche pas de dormir, une fois, j'ai même dormi une nuit de 10h30 ! Sans me réveiller une seule fois. Quant à ma vie au quotidien, elle s'est sacrément normalisée, en ce qui concerne la fatigue, l'activité cérébrale, etc. je peux même conduire sans avoir de perte d'attention et concentration, ni coup de barre, ni lutter contre le sommeil au volant. Bon, maintenant reste à reprendre une activité sportive, enfin une activité physique plus poussée, car je n'ai jamais été vraiment sportive. :) 

5 mars 2017,

Je ne vais pas vous vendre la PPC pression positive continue, prescrite par les professionnels de l'apnée du sommeil, après une polysomnographie, analyse complète de votre sommeil, outil de diagnostic, mais tenter de montrer au moins son efficacité incroyable sur moi avec un masque nasal. Et encourager les réfractaires au changement à y réfléchir de façon approfondie.

 

Bon, je sais que j'aurai ce traitement jusqu'à la fin de mes jours, que j'espère longs, enfin, en bonne santé si j'ose dire. Un traitement de plus à vie... :) Mais je ne pourrais envisager de m'en passer, ne serait-ce qu'une nuit.

En effet, un port de masque réduit à 4 ou 5 heures et je le paie le lendemain. Cela m'a vite passé de me rendormir sans avoir remis mon masque immédiatement, si jamais je l'enlevais à cause d'une toux ou éternuement. Cela n'arrive plus désormais, je soigne en amont le jour.

Par contre, éviter les milieux enfumés. On n'y trouve pas la quantité d'oxygène nécessaire et suffisante. On aurait pu y penser...

 

 

Je ne sais pas trop si les personnes qui consultent pour apnée du sommeil le font à cause de ronflements, apnées constatées par leur proche, fatigue physique seulement.

Ronflements, je savais.

Apnée du sommeil, je n'aurais pas imaginé !

 

Fatigue, je l'avais depuis au moins 2012, puis elle a été mise sur le compte de mon infarctus en 2013, dont je ne me rétablissais pas. Elle a continué à évoluer et je m'endormais de plus en plus souvent le jour, n'importe où, y compris au volant. A la fin, je dormais jusqu'à 6 heures dans une journée, même en ayant dormi la nuit sans me réveiller. J'avais aussi du mal à soulever les sacs de courses et je les remplissais donc moins en prenant plus de sacs. Du mal à tourner le chariot de supermarché sur du carrelage... Des personnes m'ont spontanément aidé. J'ai "glissé" progressivement jusqu'à avoir des troubles du cerveau, quoique je les avais déjà avant, mais je n'en étais pas consciente et je n'imaginais pas une seconde qu'ils étaient dus à un manque d'oxygène dans le sang. Il y a même des choses que je croyais être des séquelles de la psychose.

 

 

Comment se rendre compte de soi-même de ses absences ? Par le fait que l'entourage s'énerve sur vous ? Parce que vous posez une question dont on vient de vous donner la réponse ? "Tu ne m'écoutes jamais !"

Comment se rendre compte que vous ne pouvez plus vous concentrer ? Que par moments, ça va et pas d'autres.

Que vous êtes devenu irritable ? Mais c'était toujours pour de vraies raisons !

 

Il m'est difficile de vraiment me rendre compte de toutes les conséquences que l'apnée obstructive avait sur moi. En négatif, c'est plus facile...

J'ai été très très surprise de constater ma bonne humeur dès les premiers jours de traitement ! Mince alors, j'étais dépressive ! Je prenais tout mal en effet.

Puis, plus tard j'ai commencé à pouvoir refaire des efforts physiques.

 

En août 2016, je me suis rendu compte que j'étais de nouveau sûre de moi au volant, parce que même en dehors des périodes où je luttais contre le sommeil venir conduisant, j'avais peur de doubler les camions sur l'autoroute, je ne sais pas depuis quand, surtout sur les ponts comme celui de Voiron, pas trop sous les tunnels bizarrement. Probablement la peur de tomber dans le vide s'ajoute. Maintenant tout est redevenu comme avant, sauf les jours où je suis fatiguée pour autre chose et là, je laisse la place du conducteur. C'est l'attention et concentration dans la pratique d'un geste quasi automatique.

 

En 2014, quand la cardiologue a voulu tester mon coeur dans l'effort, je n'ai pas réussi à pédaler à la vitesse minimum pour faire les mesures. Elle avait bien noté dans son rapport qu'elle conseillait de consulter un neurologue. Elle aurait mieux fait de faire une lettre à un neurologue, j'aurais compris qu'il fallait que je prenne un rendez-vous et que je lui apporte la lettre...  A moins que ce devait être au médecin traitant de la faire ?

 

Pour la clarinette, c'était très très fluctuant et de plus en plus dur. Je savais jouer un morceau et ... je ne savais plus. Et je ne parle pas de l'orchestre où c'est plus dur que de jouer seul. Déjà entendre et suivre les consignes, entendre aussi les autres instrumentistes. Bon, j'ai eu un malaise un jour pendant un cours. J'ai dû m'allonger. Mais c'est à la suite d'un concert que j'ai vite demandé à mon médecin traitant une lettre pour un neurologue. Ce soir-là, je ne sais plus vraiment, mais je ne pouvais plus. Trop de bruit, impossible d'entendre ce que je jouais. je n'étais pas bien du tout.

 

Maintenant, ça va bien :D

Bon, il ne faut pas que je fasse de trop longs trajets. 300 km, ça va, 600 c'est trop et surtout si on remet ça dans l'autre sens pour le retour 3 jours après.. Trop tirer sur la corde me fatigue, même si je ne le sens pas sur le moment. Pas grave, tant qu'on a une corde et qu'on sait la ménager :) Et puis je ne vis pas sur la route. 

 

 

9 décembre 2019

Suite et fin ! de l'apnée du sommeil. C'était vite dit ! surprise wink

Toute cette année, ce n'était pas terrible de ce côté-là.

Voir article 82 bradycardie 

En effet, un problème survient rarement seul...

Mais pas moyen de trouver ce qui ne va pas, côté prestataire, et moi toute seule, non plus.

 

Co-construction :

Finalement, j'ai rencontré mon "sauveur" en un responsable du traitement de l'apnée chez le prestataire. Je lui ai amené mes notes et la synthèse de tous les commentaires que j'avais entendus de ses collègues. Ceux-là, mon journal de bord ne les intéressait pas.... Et du coup, on a mis au point ensemble un protocole pour vérifier les hypothèses.

 

Eh bien ! Après expérimentation ! Bingo ! 

Ses 2 propositions de solutions sont confirmées !

Une des raisons, j'ouvrais la bouche pendant la nuit !  Même avec le masque nasal...

- Encore ! surprise

 

La mentonnière ! surprise Oh lala, la prochaine étape, c'est la muselière !!!

Mais s'il faut ça pour pouvoir rester éveillée la journée ! Bon !

J'ai retrouvé ma vitesse de croisière !

Ah ! qu'est-ce qu'il ne faut pas faire, pour rester en vie !!! 

Bonne journée !

Partager cet article
Repost0

commentaires

Lien Accueil

  • : Parcours de santé mentale
  • : Etude de mon expérience vécue relative à la psychose maniaco-dépressive liée à la maternité, hallucinations et déréalisation, dépressions profonde et résistante. Lithium, sismothérapie, écriture, témoignage, clarinette, chinois, alimentation choisie. Pathologies associées. Rétablissement, santé mentale.
  • Contact

Périodes d'écriture

 1994-2002] articles 1-26

[2007-2010] articles 27-32 

[2010-2021] articles 33 et +

Sommaire, haut de page sous la bannière.

Recherche

Commentaires et questions bienvenus

  • en privé par CONTACT
  • dans le module COMMENTAIRES

Profil

Paulette Benetton

Isère  ARA  France

née en 1952

bipolarité is away et le reste aussi !😀

clarinette                           3e cycle Biochimie et Chimie Organique

Emplois successifs Prof. de physique/chimie,

Technico-commerciale, Animateur régional des ventes, Responsable du SAV au téléphone, Laboratoires Biotrol, Paris

Centres d'intérêts  voyages, photo, 3D, santé mentale, neurosciences, clarinette violon, bricolage jardin, bandes desssinées etc.

ALBUMS

Les peintures, réalisées sur linoléum en 1988, sont de Meix. Voir dans PHOTOS sous la bannière

José Meix, Sommières, Gard