Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 10:39

Scott Joplin, !!!   j'aime.

 

"Afro-américain, un des plus fameux compositeurs de ragtime. En 1916, sa santé commence à se détériorer, car la syphilis dont il souffrait probablement depuis une vingtaine d'années déjà) a atteint la phase tertiaire au point de le rendre schizophrène. Il est hospitalisé mi-janvier 1917, puis transféré à New York, dans un hôpital psychiatrique où il meurt le 1er avril 1917 à l'âge de 49 ans."

 

 

A cette époque et aussi bien avant, la syphilis faisait de gros ravages. Mais encore bien après, car c'est avec la pénicilline que l'on a commencé à soigner cette maladie. Encore fallait-il la détecter ! Cette maladie sexuellement transmissible a affecté de nombreuses personnes, y compris des artistes bien connus aussi bien dans la peinture que dans la musique. Et à qui on a attribué, post mortem, des diagnostics de schizophrénie, bipolarité… sur des comptes-rendus d'observation directe de l'entourage médical ou non, d'époque, cela va de soi ! Pas d'imagerie médicale, de biologie médicale cette époque, comme plein d'outils disponibles moins récents. 

 

 

 

Mes hallucinations ont correspondu en partie et partiellement à des souvenirs qui ont resurgi à la place de ce que je percevais. Pour le reste, c'est plus difficile à identifier.

 

 

Elles ont été de 2 catégories : visuelles et olfactives. Pas d'hallucinations auditives, par exemple. Je précise ça pour les neurologues, qui prétendent que les hallucinations visuelles, ça n'existe pas. Surtout un qui me l'a affirmé et a ajouté qu'il fallait accepter qu'on ne pouvait pas tout comprendre. Ben voyons, c'est à moi qu'il parlait vraiment ?  Une hallucination est une production complète du cerveau, j'imagine. Cela me laisse perplexe.

 

J'ai pu remarquer plusieurs types d'hallucinations visuelles : 

 

  •  celles où l'on voit s'animer, par exemple, un objet immobile, comme j'ai vu un pot d'eau se renverser sur la table et l'eau s'écouler alors qu'il était resté en fait parfaitement immobile d'après témoins. On m'a fait vérifier, ce n'était pas mouillé. Mais ça, ce n'était pas en phase maniaque, j'avais pris une substance hallucinogène, dérivé d'un composé de l'ergot de seigle, comme ça pour voir… pendant mes études. Une de mes connaissances, sans plus, parmi les étudiants, m'avait proposé d'essayer avec lui. Tout seul, il n'osait pas… Je ne sais pas ce qui m'a pris de lui dire ok ce jour-là. J'aurais mieux fait de m'abstenir… avec le recul. Parce que sur le moment, à part des sensations vraiment très très fortes, je n'ai pas eu peur.

 

 

  •  celles où j'ai vu par exemple des personnes que je connaissais (vivantes, pour certaines, décédées pour d'autres) s'animer devant moi, à la place de mes interlocuteurs. Je pense qu'un facteur de ressemblance d'un trait et ou de posture a déclenché le phénomène. C'était en phase maniaque, par exemple, comme ce que j'ai "vu" à l'Hôtel-Dieu de Paris. 2 - Voyage sous surveillance. Et aussi une autre fois, quelques années plus tard, où je n'étais pas sensée être en phase maniaque, mais j'ai vu un ami venu nous rendre visite à la maison, avec un autre ami, et il avait complètement changé d'aspect : un homme roux avec moustache, cheveux mi- courts, à la peau blanche, de type irlandais à la place de cet ami indien aux cheveux très noir, plutôt sur les épaules et au teint mat. Une petite discussion avec mon conjoint m'a vite clarifié les choses après leur départ (je n'avais pas trop envie de les mêler à la discussion). Je devais tout de même avoir les sens perturbés… 18/11/2020 Maintenant je vois avec qui j'ai mélangé

 

 

  • Ce paragraphe est ajouté en avril 2018, je le spécifie pour la compréhension.

 

Une hallucination dont j'ai pris conscience très tardivement, environ 15 ans plus tard, peut-être plus. Oh lala, la claque ! - Un jour, Stéphanie (elle savait toujours tout…) me dit, alors que toute l'équipe au complet entrait dans le service, par le réfectoire, nécessairement. Regarde, c'est lui, le professeur Grivois ! Et moi, j'ai vu un petit monsieur en blouse blanche et à la tête grosse et ronde dégarnie, suivi par toute l'équipe à la queue leu leu. Je ne l'ai jamais revu pendant toute mon hospitalisation. J'ai pensé que c'était un monsieur perdu dans ses pensées et loin des patients. Un chef de service comme j'en avais rencontrés pendant mes études. Par exemple, dans le service de biochimie de l'hôpital Debrousse, ou le service voisin. C'est sûr et certain, ce n'était pas Colombel.

Colombel, je n'aurais pas pu le confondre avec quelqu'un d'autre, c'était lui qui m'avait demandé de faire les manips pour établir les valeurs normales du kit pour mesurer les immunoglobulines chez le nourrisson en 1974, je crois. C'est bizarre, quand même, les hallucinations ! Donc, du coup, dans ce cas, absolument aucune ressemblance physique !

 

Ce souvenir (d'hallucination) serait resté comme ça si le Professeur Henri Grivois n'avait pas été interviewé à la télé, et que parallèlement, je ne me serais pas trouvée devant l'émission. Je ne regardais plus rien à la télé depuis longtemps, pas plus que je n'écoutais la radio… 

 

Je n'ai pas su comment gérer cela. D'autant moins qu'à cette époque, j'avais déjà l'esprit très troublé.

 

Pour tout le reste, j'avais pu gérer et me rendre compte qu'il s'agissait d'une hallucination. Et cela me gênait d'autant plus que je m'étais par la même occasion méprise sur une personne, et que je le lui avais probablement dit. Quand je pense que je possède 4 de ses livres… et que je m'apprête à en acheter un autre, mon seul frein est que je veux la version numérique et que je ne suis pas sûre de moi pour la télécharger sur ma liseuse après l'avoir commandée. La honte ! Il va falloir que je me bouge, c'est pourtant pas très compliqué. Grosse fatigue de rhume et trachéite, les virus m'ont eue et j'ai dû suspendre le traitement pour l'apnée. Bref. Ce n'est pas la grande forme…

 

 

 

  •    une hallucination de changement de décor alternée avec le décor réel. Celle-ci, je l'ai eue aussi à l'Hôtel-Dieu de Paris, associée à un souvenir olfactif très fort, déclenchée par une situation observée. 2 - Voyage sous surveillance.    Mais là, des souvenirs de mon vécu, de films, d'histoires lues et entendues, plus ce que j'avais sous les yeux se sont mélangés. Donc là, au départ, je vois quelqu'un refermer une fenêtre, je ne voulais pas qu'il la ferme. Tout le monde fumait et on voulait aérer. En même temps, il faisait froid dehors : 0 °C ou peut-être moins. Nous ne sentions pas le froid, en phase maniaque, on brûle beaucoup de calories. Et puis le service était chauffé… J'avais alors mis du sucre pour bloquer la fenêtre. Il l'a découvert et l'a refermée. L'angoisse d'être enfermée est revenue, puis l'odeur de gaz m'a envahie. etc... et le film a commencé à se dérouler.

 

 

  •   lors de ma dernière phase maniaque, mes hallucinations visuelles étaient d'un autre type. Je voyais au sol des lignes d'écriture fluorescentes. Comme si tout était écrit en néon. C'étaient des messages dont je ne me souviens plus la teneur. Cela m'a beaucoup moins frappée que des changements d'aspect de mes interlocuteurs, d'autant que dans tous les cas, c'était une personne à la place d'une autre, et pourquoi ça ???

 

 

  • j'avais oublié un  autre épisode, plutôt agréable, celui-là !  J'ai du mal à le dater, mais il se situe dans la période 2005 - 2008. Peut-être bien, je crois, plutôt juste avant que je ne me rende compte qu'il était peut-être temps que mon psy m'arrête l'antidépresseur que l'on avait continué à me prescrire après la sismothérapie, bien qu'il ne m'avait jamais sorti de la dépression…. Un soir, je venais de me coucher, et soudain, je me retrouve … sur la banquise au bord de la mer, le froid en moins… Disons que j'avais devant moi à environ 1 m, peut-être moins, comme un écran géant de cinéma… J'ai bien aimé voir de si près ces phoques et otaries. Mais là encore, j'avais probablement vu ces images à la télé ou au cinéma bien avant, ou des images similaires. C'était en 3D bien évidemment. Quand je pense que l'on aurait ça bientôt grâce à des lunettes spéciales ! Mais là, on aura décidé de cette incursion d'autres lieux et évènements dans notre champ visuel. D'autres vous diraient : d'un petit voyage en 3D, ou en relief. 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Lien Accueil

  • : Parcours de santé mentale
  • : Etude de mon expérience vécue relative à la psychose maniaco-dépressive liée à la maternité, hallucinations et déréalisation, dépressions profonde et résistante, thérapies dont sismothérapie, écriture, témoignage, musique, alimentation choisie. Pathologies associées. Rétablissement, santé mentale.
  • Contact

Périodes d'écriture

Parcours de santé mentale, [1994-2002] articles 1-26   autoédit. 2002 - moins de 10 exemplaires reliés par mes soins

Parcours de santé mentale, [2007-2010] articles 27-32 

Parcours de santé mentale, dès mai 2010 articles 33 et plus

 

Sommaire dans le menu horizontal, classés comme ci-dessussous la bannière, cliquez sur les titres

 

Moteur de recherche de ce blog, ci-dessous

Recherche

Commentaires et questions bienvenus, au choix

  • en privé par CONTACT dans le menu horizontal
  • dans le module COMMENTAIRE au bas de la page, visibilité publique ralentie par un filtre afin d'écarter les publicités principalement déposées par les marabouts friands de personnes traversant une période difficile.

Profil

Paulette Benetton

Géo-localisation   Isère, Rhône-Alpes, France

née en 1952,

bipolarité is away et le reste aussi !😀

Etudes 3ème cycle Biochimie et Chimie Organique      Etudes en cours clarinette

Emplois successifs Prof. de physique/chimie,

Technico-commerciale ; Animateur régional des ventes ; Responsable du SAV au téléphone dans le Diagnostic Biologique. Crash !

Centres d'intérêts  voyages, photo, 3D, neurosciences, santé mentale, musique, BD, bricolage etc.