Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 09:05

 

Cela s'est passé le 20 juin, je ne m'y attendais pas. Qui s'attend à ça, d'ailleurs ?

 

Je suis rentrée d'une répétition, il était presque 21 h et je n'avais aucune envie de préparer un repas, même vite fait. Trop fatiguée. Et on est partis au grill où on nous a servis rapidement.

 

A peine 10 minutes après notre retour à la maison, j'ai ressenti une douleur étrange sur une large ligne de la partie médiane du thorax, de la base du cou à l'estomac. Comme j'avais mangé du fromage blanc avec de l'échalote et de la ciboulette, j'ai pensé à un problème digestif. Je trouvais quand même cette réaction bien rapide. J'ai pris un Maalox, j'ai essayé de contacter ma soeur qui connait bien le produit. Comme elle ne répondait pas, j'ai regardé plus attentivement sur la boite : 1 à 2 sachets au moment de la douleur. J'en ai donc pris un deuxième qui n'a pas fait plus d'effet que le premier. Étrange toute de même, j'aurais des brûlures de l'oesophage, sans remontées acides ? Une allergie, peut-être ?

 

Puis j'ai commencé à percevoir une douleur aux 2 bras, depuis les poignets jusqu'aux coudes, principalement, avec les poignets qui serrent. Ce n'est pas possible que l'échalote me provoque ça. Je suis descendue illico demander de l'aide à mon mari, je n'arrivais pas à réfléchir qui appeler, chercher le numéro de médecins 24/24, trop perturbée par ces douleurs. Je me suis allongée.

 

Ils ont géré la mise en relation avec un médecin, au final du SMUR. Les pompiers sont arrivés, puis à peine 5 minutes après, une équipe de 4 personnes du SMUR. 

 

Branle-bas de combat. TNT sous ma langue. Prise de tension, du pouls. Ecoute du coeur, de la respiration. Electrocardiogramme. Prise de sang. Des questions, écoute. Je ne sais pas trop dans quel ordre pour tout ça.

 

Départ vers l'hôpital dans l'ambulance des pompiers, accompagnée d'un médecin du SMUR. Minuit 10, arrivée aux urgences, etc.  Le test biologique pour l'infarctus, dosage de la troponine, s'est avéré négatif, une nouvelle prise de sang a suivi 3 heures après, aux soins intensifs où l'on m'avait conduite. C'est la procédure. Elle s'est avérée positive. D'autres éclectrocardiogrammes, puis échocardiographie. Mon coeur fait de l'arythmie, fibrillation.

 

La suite, prochainement. Dans ce même article.

 

J'avais écrit ça, mais la suite, je n'ai plus eu envie de l'écrire.

Trop près. Encore trop en moi.

 

Transfert à l'hôpital cardiologique. On m'a posé un stent pour déboucher une coronaire latérale, puis mise sous anti-agrégant plaquettaire, pour éviter qu'un nouveau bouchon ne se reforme.

 

L'angioplastie a été effectuée par le professeur Gérard Finet, dont j'ai pu apprécier l'immense professionnalisme, la haute maîtrise de soi, et l'attention bienveillante au patient.

L'intervention a été effectuée après une anesthésie locale au niveau du poignet droit pour l'introduction d'une sonde par l'artère radiale.

J'ai été très impressionnée par le travail du professeur et son assistante Marguerite, dont je n'ai pas loupé une minute !

Expérience inoubliable. :)

 

3 jours après, je suis repartie chez moi.

 

Un traitement au lévothyrox a été démarré, car on a aussi ce jour-là, dépisté une hypothyroïdie. Deux mois auparavant, je n'avais rien... de ce côté-là ! Avec un traitement au lithium (téralithe) on me contrôle une fois par an la TSH. Cette hypothyroïdie serait consécutive à l'injection de produits iodés pour un scanner au printemps. Ils auraient pu me donner de l'eau à boire imédiatement pour éviter ça. Grr... Si je n'avais pas eu cet infarctus, dans combien de temps me l'aurait-on détectée ? 

 

Parce que c'est bien gentil de me dire qu'elle a pu être induite par le lithium ! Oui, alors comme par hasard, l'induction du lithium se serait manifestée juste après la surcharge iodée de ce dernier scanner ? Depuis tout ce temps que je prends du lithium, aucun effet sur ma thyroïde. J'ai déjà eu 2 scanners où l'on m'a immédiatement orientée vers une fontaine dans l'hôpital près de chez moi, avec la consigne de boire abondamment. Et cela ne m'a déclanché aucune hypothyroïdie.

 

L'eau doit être vraiment très très chère à Saint Priest !!! On vous donne votre dossier et hop ! La porte s'ouvre sur l'extérieur. Allez ! Dégagez ! Il n'y a rien à voir dans cet hôpital privé. Je n'ai même pas déposé de réclamation. Mais peut-être qu'un jour, je prendrai mon dossier médical et j'irai sonner à la porte de la direction.

 

 

Convalescence trop longue. Trop de fatigue.

 

Deux mois après, de nouveau hospitalisation, mais pas aux soins intensifs cette fois, 10 jours pour me mettre sous anticoagulant. En effet, lors de la consultation de contrôle, la cardiologue retrouve mon coeur en fibrillation et redoute un accident vasculaire cérébral.

 

Le reste, pas envie d'en parler. Beaucoup de morosité. Toujours de la fatigue.

 

 

25 avril 2016

 

A l'hôpital cardiologique, durant mon bref séjour aux soins intensifs en juin 2013, on m'avait dit au début qu'on m'enverrait une diététicienne. Mais quand on m'a donné les papiers de sortie, j'ai demandé : vous aviez parlé de diététicienne, mais elle n'est jamais venue me voir. C'est normal, vous n'en avez pas besoin, votre bilan est bon, voilà pourquoi on ne lui a rien demandé à votre sujet.

 

Mon infarctus ne venait pas d'un mauvais bilan, ni d'une mauvaise alimentation. Alors, il venait de quoi ?

 

Réponse : apnée/hypopnée obstructive du sommeil.

 

Dire que j'ai consulté une pneumologue en janvier 2013.... qui ne m'a fait que des tests en cabine pour me dire que ma capacité respiratoire était bonne, alors que je me plaignais de manque de souffle pour jouer. Je n'ai probablement pas parlé de ma fatigue, qui était là depuis 2012. A quoi bon remonter le temps, cela ne me servira de rien, on ne peut pas rembobiner. 

Si cela peut vous être utile, par contre, n'hésitez pas à toujours dater et noter sur un carnet de bord, quand quelque chose ne va pas. On n'a pas toujours la tête à ça quand on se retrouve devant un médecin, pour peu que notre état se soit amélioré, même momentanément, on a tous une tendance naturelle à oublier.

Ainsi fonctionne notre mémoire...:)

 

 

Partager cet article
Repost0

Lien Accueil

  • : Parcours de santé mentale
  • : Etude de mon expérience vécue relative à la psychose maniaco-dépressive liée à la maternité, hallucinations et déréalisation, dépressions profonde et résistante, thérapies dont sismothérapie, écriture, témoignage, musique, alimentation choisie. Pathologies associées. Rétablissement, santé mentale.
  • Contact

Périodes d'écriture

Parcours de santé mentale, [1994-2002] articles 1-26   autoédit. 2002 - moins de 10 exemplaires reliés par mes soins

Parcours de santé mentale, [2007-2010] articles 27-32 

Parcours de santé mentale, dès mai 2010 articles 33 et plus

 

Sommaire dans le menu horizontal, classés comme ci-dessussous la bannière, cliquez sur les titres

 

Moteur de recherche de ce blog, ci-dessous

Recherche

Commentaires et questions bienvenus, au choix

  • en privé par CONTACT dans le menu horizontal
  • dans le module COMMENTAIRE au bas de la page, visibilité publique ralentie par un filtre afin d'écarter les publicités principalement déposées par les marabouts friands de personnes traversant une période difficile.

Profil

Paulette Benetton

Géo-localisation   Isère, Rhône-Alpes, France

née en 1952,

bipolarité is away et le reste aussi !😀

Etudes 3ème cycle Biochimie et Chimie Organique      Etudes en cours clarinette

Emplois successifs Prof. de physique/chimie,

Technico-commerciale ; Animateur régional des ventes ; Responsable du SAV au téléphone dans le Diagnostic Biologique. Crash !

Centres d'intérêts  voyages, photo, 3D, neurosciences, santé mentale, musique, BD, bricolage etc.